L’association Bretagne Culture Diversité a mis en ligne le 31 janvier 2014 sur son site les résultats du sondage qu’elle a commandé à TMO Régions sur divers aspects culturels en Bretagne (Bretagne historique, 5 départements), et notamment sur la pratique des langues de Bretagne : le breton et le gallo.

 

Pour le breton, on trouve des chiffres proches de ceux de 2007 : aujourd’hui, 6 % des Bretons parlent le breton et 9 % le comprennent (6 % et 10 % en 2007).
 

C’est la première fois que la pratique du gallo est mesurée en même temps que celle du breton.


Le chiffre de 5 %, soit un peu plus de 200 000 personnes, est proche de celui de l’enquête du CREDILIF (ERELLIF-EA 3207 / Université de Rennes 2) en 2005 qui aboutissait à une estimation de 5 % des Bretons parlant ou comprenant le gallo.


Le travail de TMO Régions fait souvent autorité en ce qui concerne la pratique du breton. Ses chiffres sont repris dans toutes les études concernant la situation du breton. Nous avons donc aujourd’hui pour le gallo des chiffres de référence sérieux. On est loin du chiffre ridiculeusement bas de 1 % et 33 000 locuteurs, sur lesquels certains basent leurs opinions, discours et actions vis à vis du gallo. Cette sous-estimation [dans tous les sens du terme] et cette « surminoration » ont toujours été dénoncées par les différentes associations de défense et de promotion du gallo.
 

Le même sondage TMO Régions donne des chiffres concernant l’avenir des langues de Bretagne : 18 % se disent confiants pour l’avenir du gallo (24 % en ce qui concerne les locuteurs) et 42 % se disent inquiets (47 % parmi les locuteurs).
Les premiers chiffres de ce sondage montrent donc que le gallo est une langue bien vivante, encore largement pratiquée et comprise, mais aussi une langue en danger.


La Région Bretagne a reconnue en 2004 le breton et le gallo comme langues de Bretagne et a mis en place une politique linguistique (cf le document  « Une politique linguistique pour la Bretagne » adopté par le Conseil régional de Bretagne le 29 mars 2012). Des progrès ont été faits depuis mais nous sommes bien loin du compte pour une réelle reconnaissance du gallo et l’engagement d’actions équitables, répondant à sa situation particulière.

Sondage TMO Régions / Bretagne Culture Diversité

5 % des Bretons parlent le gallo

et 8 % le comprennent

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now